Jean-Paul Marthoz

Jean-Paul Marthoz est actuellement directeur Úditorial de la revue Enjeux internationaux et chroniqueur au quotidien Le Soir.
Il a commencé sa carrière journalistique en
tant que chroniqueur des hebdomadaires Pueblo et Tico Times et correspondant de publications françaises (Croissance, La Croix, Esprit, Economia) et belges (La Cité, La Relève).

Responsable des pages internationales du magazine économique Trends-Tendances et de l’hebdomadaire La Relève (1976-79), il a rejoint le mensuel Economia (Groupe Jeune Afrique, Paris) jusqu’à sa fermeture en 1979.

Entre 1980 et 1991, il a été journaliste au quotidien Le Soir, où il a été successivement responsable de l’Amérique latine, chef du service étranger, chef d’édition et directeur de la page éditoriale. Il a effectué de nombreux reportages en Amérique latine (en particulier au Nicaragua, Chili, Colombie, Mexique), aux Etats-Unis (élections présidentielles de 1980, 1984 et 1988) et il a coordonné les grandes « enquêtes pays » du journal (Israël, Allemagne, Mexique, Espagne). En 1980, il a été invité par la French-American Foundation à participer à une session d’études du Pouvoir aux Etats-Unis dans le cadre des Bourses Fullbright.

Après une année à la CISL (Confédération internationale des syndicats libres), en tant que conseiller du service d’information et chargé de missions en Amérique latine (Uruguay, Nicaragua, Salvador, Guatemala, Panama), il a fondé la premier « dominical » belge de qualité Dimanche Matin et a été nommé rédacteur en chef du magazine Trends-Tendances (1992-93) dont il sera conseiller de la direction jusqu’en 1996.

En 1993, il a mis sur pied et dirigé au sein de la Fédération internationale des journalistes le programme Médias pour la démocratie en Afrique, un programme intégré d’appui à la démocratie et aux médias indépendants, tout particulièrement en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud. Jusqu’en 1996, il a pris part à des programmes d’appui aux médias et de formation de journalistes dans de nombreux pays du monde, dont la Roumanie, la Hongrie, la Russie, la Mongolie, HongKong, la Tunisie et l’Algérie.
Il a été chroniqueur à l’hebdomadaire The European et ensuite au European Voice.

En 1996, il est entré à Human Rights Watch en tant que Directeur européen de l’information, chargé en particulier de mettre en place la politique d’information au sein de l’Union européenne et d’assumer la fonction de porte-parole pour la presse internationale.

En 2003, il a été directeur de la rédaction et rédacteur en chef de La Libre Belgique, avant de participer, avec Anne-Marie Impe, à la création et au lancement de la revue Enjeux internationaux en tant que directeur éditorial. Fin 2003, il a rejoint Human Rights Watch comme Directeur international de l’information, chargé en particulier de la stratégie globale des médias et des programmes liés à la liberté d’expression.

Jean-Paul Marthoz est l’auteur ou le coauteur d’une vingtaine de livres sur le journalisme et les questions internationales, dont Panama : la malédiction du canal (1979), Vive le Journalisme ! (avec Maroun Labaki), Et Maintenant le Monde en Bref, Journalisme global, politique étrangère et libertés (Editions Complexe, deuxième édition). Parmi ses plus récentes collaborations : Le marketing de guerre (dans Irak, les médias en guerre, avec Olfa Lamloun, Editions Actes Sud, Paris, 2004), « To give sense to solidarity » (une réflexion sur l’information et les nouveaux conflits, dans Before Emergency : Conflict prevention and the media, HumanitarianNet) ; Una mirada sobre el movimiento de los derechos humanos (dans La proteccion internacional de los derechos humanos en los albores del siglo XXI, HumanitarianNet).

Il a été à de nombreuses reprises conseiller d’institutions internationales : Commission européenne (sur l’aide à la presse africaine), Conseil de l’Europe (sur le journalisme et le racisme), Fondation Naumann (sur la réforme des médias de service public dans les pays du Sud), Fondation Ebert (sur l’extrémisme religieux et le journalisme), Fondation Ford (sur les nouvelles définitions de la liberté d’expression), UNESCO (liberté d’expression, nouvelles technologies de l’information et globalisation), Institut Panos Paris (réalisation de l’étude de redéploiement stratégique, conseiller du Programme 11 septembre), Panos Institute London/Fondation Rockefeller (médias et lutte contre la pauvreté).

Il est président du conseil d’administration du GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix, Bruxelles) et membre du CA de Damoclès (le « bras judiciaire » de Reporters sans frontières). Il est membre du conseil consultatif de Global Beat, au Center for War, Peace and the News Media (Université de New York) et expert associé de l’Institut Panos Paris (sur la globalisation de l’information). Il a collaboré à plusieurs reprises aux programmes de la Fondation Roi Baudouin sur le journalisme et la citoyenneté.

Il a été membre de plusieurs jurys de prix de journalisme : le Prix Natali (Commission européenne/FIJ), le Prix de la Fondation Roi Baudouin (racisme et médias), le Prix de la tolérance (Conseil de l’Europe/FIJ sur racisme et médias).

Il a enseigné la « déontologie dans le journalisme international » à l’Institut des Hautes Etudes des Communications Sociales (IHECS, Bruxelles, 2001 et 2002). Il anime un cours sur les médias et les droits humains à l’Université Jaume I de Castellon (Espagne) et participe régulièrement à HumanitarianNet (Université de Deusto, Bilbao).
Il donne fréquemment des conférences à l’Ecole de Journalisme de l’Université libre de Bruxelles et à la Faculté des Sciences de la Communication de l’Université catholique de Louvain.